define('_NO_CACHE', 1); MATIERES D’ART : Nathalie Peyramaure, plasticienne
Accueil du site La peinture Nathalie Peyramaure, plasticienne

Mon rapport à la création passe avant tout par le toucher, lien physique et sensoriel qui fait de la main le vecteur qui me relie à la matérialité du monde sensible.
Solide, liquide, gazeuse, dure ou molle, lisse ou rugueuse, lourde ou légère, la matière dans tous ses états m’intéresse.
Le geste tient une place importante dans ma démarche : il définit l’aspect unique de mes créations. Je cherche à faire cohabiter cette dimension traditionnelle de l’acte singulier et des technologies nouvelles issues de la production industrielle que je détourne de leur dimension sérielle.
D’une manière générale, ma démarche se résumerait à changer la forme d’une chose ou à en modifier ses caractéristiques pour questionner sa définition première, sa nature.
Comme, par exemple, la toile du tableau est définie habituellement comme une surface plane et tendue, mon travail va consister à modifier son aspect pour lui donner du volume, du mouvement, interrogeant la notion de dimension dans l’espace.
La toile se tend, gonfle, enfle, inspire, souffle, elle respire...
Elle se plisse, se drape, joue avec les courants d’air.
Elle lutte avec le châssis, se déchire, elle explose !
Elle n’a plus besoin de son châssis, elle se libère, s’envole...Elle devient sculpture, joue dans l’espace pour fixer un mouvement…
Ainsi, le rôle et la nature du support sont questionnés autant que les limites entre médium pictural et sculptural.

Artiste plasticienne, sensible au savoir faire traditionnel, je cherche à faire cohabiter perception tactile et innovation technologique. Je me vois comme une chercheuse, alchimiste jouant avec la matérialité du monde visible.

Galerie image